[Rencontre] Derya, a.k.a Foodiebackpacker

Il y a quelques jours, à Berlin, j’ai rencontré un jeune homme dont je suis les aventures depuis quelques temps déjà: Derya, un voyageur culinaire de talent.

Je vous le précise dès à présent : Ce jeune homme n’est pas spécialisé dans la cuisine Vegan. Si je vous parle de lui aujourd’hui, c’est en tant que passionnée de voyage, et parce que son concept mérite, à mon sens, d’être reconnu et largement diffusé. J’admire sa force de caractère, celle-là même qui l’a poussé un jour à se dire “rien ne me retient ici, je vais partir et partager ce que j’aime avec d’autres, tout simplement.”

Derya est un jeune aventurier trentenaire originaire d’Istanbul. J’ai eu le plaisir de partager un repas avec lui et de discuter voyage et nourriture (deux sujets qui me tiennent à cœur). Mais au fait Derya, ton concept, c’est quoi?

“Plusieurs fois par an, j’entreprends une série de dîners un peu partout en Europe, et bientôt en Asie. J’en choisis le thème, le menu et je le propose publiquement sur ma page et sur le site Eatwith. Le but est de réunir mes deux passions: Le voyage et la cuisine. C’est d’ailleurs ma philosophie de vie: Eat well, travel often(*)

(*)Mangez bien, voyagez souvent

Comment as-tu eu l’idée de réunir tes deux passions, et comment t’es-tu lancé dans cette aventure?

“Au cours de ma vie, j’ai touché à beaucoup de domaines, et entrepris un certain nombre d’activités diverses. J’ai toujours été à mon compte! C’est une liberté qui m’importe beaucoup. J’ai dirigé une agence de tourisme, des boites de nuit, investi dans l’immobilier… Mais j’ai mis du temps à trouver ce qui aujourd’hui me rend vraiment heureux, à savoir le partage avec des personnes désireuses de découvrir la cuisine, quelque soit l’endroit dans le monde. Nous avons tous ceci en commun: L’amour pour la nourriture! C’est comme cela que j’ai créé ma page Foodiebackpacker en Février 2014. Un peu plus d’un an après, nous sommes une communauté de plus de 10.000 personnes!”

Où as-tu appris à cuisiner? As-tu suivi des cours ou une formation?

“J’ai surtout appris en faisant. Ma mère est très bonne cuisinière, et lorsque j’étais enfant, pendant l’été, je passais beaucoup de temps seul. Ma mère me donnait un peu d’argent de poche et je m’en servais pour faire des courses à l’épicerie du coin et cuisiner, expérimenter des recettes. Par la suite j’ai suivi une courte formation en cuisine mais j’apprends toujours sur le terrain. Ce qui est bien dans le fait d’allier voyage et nourriture, c’est que l’on n’est jamais en manque d’inspiration!”

Comment décides-tu dans quelle ville/pays tu vas te rendre? Et quelles sont les formules que tu proposes une fois sur place?

“Avant de me rendre dans un pays ou une ville en particulier, je fais toujours une petite étude préparatoire de terrain. Je dois me rendre compte de l’intérêt qu’à la population locale pour mon concept. Je recherche donc la population âgée de 20 à 60 ans s’intéressant aux voyages, à l’art culinaire. Si j’obtiens un retour positif, alors c’est parti! Je propose ensuite deux formules: Le dîner public, que j’organise dans différents lieux, ou même chez une personne en particulier, et auquel ma communauté doit s’inscrire pour participer. Je cuisine alors un menu imposé et partage un bon moment avec 5 à 30 personnes, selon les dîners. Le dîner privé en revanche, se déroule toujours chez un particulier et nous choisissons le menu ensemble. C’est comme ça que j’ai donné mon premier dîner végétarien à Berlin, il y a maintenant deux ans de cela! Je propose aussi des Workshop de cuisine, principalement chez moi, à Istanbul.”

11393275_756445441134858_4613855409457063372_n
Paella Vegan

Justement, quelles différences observes-tu dans ta communauté? Y-a-t-il des pays plus “réactifs” que d’autres à ton concept?

“Clairement! à l’Est de l’Europe, je me sens faire partie d’une vraie communauté! Beaucoup souhaitent m’accueillir chez eux, pour un dîner ou même pour dormir!  Dernièrement, on m’a même reconnu dans la rue… C’est une sensation vraiment différente que dans d’autres pays comme l’Espagne ou l’Italie où la population locale était beaucoup plus frileuse, et moins désireuse de partager un repas. Les italiens n’avaient apparemment pas très envie que je leur prépare des pâtes à ma sauce 😉 . J’ai donc rapidement laissé tomber l’idée d’une tournée là-bas.”

Comment organises-tu tes voyages? Planifies-tu tes vols, tes logements à l’avance?

“Je prends le parti du lâcher prise! J’ai appris à ne rien planifier, je laisse les choses venir. Cela me donne une plus grande liberté d’action, mais génère aussi beaucoup moins de stress! Beaucoup de personnes se dévouent pour me loger gratuitement, j’ai d’ailleurs très peu de frais à ce niveau-là. Mes billets d’avions sont eux aussi toujours pris à la dernière minute!”

Peux-tu nous parler de ta première expérience de cuisinier-voyageur?

“C’était à Moscou, il y a deux ans. Je devais cuisiner pour une personne connue, et comme je voulais simplement “tester” le concept, je l’ai fait gratuitement. Je me suis vite retrouvé entouré de célébrités, de mannequins, chefs politiques russes et comédiens. Jamais je n’aurais pensé ça! Ça a très bien marché alors je me suis vraiment lancé dans mon premier tour officiel: Belgrade en premier, avec un dîner prévu pour 6 personnes et dont les places sont parties très vite.. à tel point que le dîner s’est finalement fait avec 27 personnes! Ensuite je suis parti pour Prague, Budapest, Rome, Vienne, Ljubljana, Zagreb…”

As-tu connu des déboires, une expérience qui aurait mal tourné?

“Quoiqu’il se passe, une situation peut toujours déraper ou au contraire finir pour le mieux. C’était le cas à Belgrade, alors que la personne chez qui je devais cuisiner travaillait et n’a pas pu me donner ses clefs. Finalement, elle est arrivée 45 minutes avant le repas. Il y avait 45 places de disponibles, mais 90 personnes sont venues. J’ai du préparer un repas avec un mini four d’étudiant et des plaques électriques, faire la vaisselle sans lavabo. Finalement, tout s’est bien déroulé, mais ce n’était pas gagné. Un vrai challenge!”

Bientôt une tournée en France?

“J’ai des réponses positives de la part de français pour venir cuisiner chez eux. Ce qui est plutôt sympa d’ailleurs, car je sais combien les français sont attachés à leur patrimoine culinaire, je me réjouis donc de pouvoir leur faire découvrir le mien!”

Derya & moi à Berlin

Derya a terminé sa tournée d’anniversaire pour les 1 an de Foodiebackpacker en Mars, puis son Germany tour (série de dîners en Allemagne) en Mai. Il prévoit d’aller prochainement en Asie. J’espère que cette rencontre vous aura plu! Avoir le courage de vivre ses rêves, se lancer dans une telle aventure, ça force le respect, non? 😉 Retrouvez-le sur Facebook,  sur son site ou ici pour réserver un dîner. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.